Les députés socialistes sont-ils libres ?

http://lequotidienalgerie.org/wp-content/uploads/2012/03/dhina-liberte1.jpg
Les députés socialistes sont-ils libres ?

Jérôme Lambert, neveu de François Mitterrand et député socialiste de Charente, a récemment fait part de son intention de ne pas voter le texte prévoyant l'ouverture du mariage et de l'adoption pour les couples homosexuels. « Je refuse que l'on parle d'égalité à tort et à travers sur des sujets où c'est la diversité des sexes qui crée la vie..." a-t-il déclaré.



La liste des personnalités socialistes soucieuses de faire primer leurs convictions sur les consignes strictes d'un parti politique s'allonge donc encore. Avant Jérôme Lambert, des personnalités socialistes aussi diverses que Bernard Poignant, Gérard Collomb, Bernard Tapie ou Lionel Jospin avaient déjà fait part de leurs doutes sur l'opportunité de priver un enfant de père ou de mère. Au-delà de leurs convictions, ils sont conscients que de très nombreux Français ont voté François Hollande au nom de l'alternance et non en raison de la « proposition 31 ».

La question des droits de l'enfant dépasse largement les clivages traditionnels. C'est parce qu'elle n'était guidée ni par la défense de droits acquis, ni par des revendications catégorielles que la manifestation du 13 janvier a pu rassembler au-delà de tout cercle politique ou religieux établi.

Cette mobilisation permet aux Français de mesurer de mieux en mieux les conséquences du "mariage et de l'adoption pour tous" : en mars la PMA pour les couples de femmes, et demain les mères porteuses au nom de la non-discrimination des couples d'hommes.

"Le projet prépare l'esclavage moderne des femmes qui loueront leur ventre et la nouvelle traite des enfants », commente Aude Mirkovic, juriste membre de l'association Juristes pour l'enfance.

"Certaines promesses ne doivent pas être tenues s'il apparaît que, au-delà de la générosité des intentions premières, la réalité est catastrophique", ajoute Béatrice Bourges, porte parole du Collectif pour l'Enfant, qui conclut : « on est passé du temps de l'indifférence à celui de la prise de conscience ».

Le Collectif pour l'enfant regroupe 79 associations de protection de l'enfance
Contact :
Béatrice Bourges 06 07 06 07 80
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Share